L’étude Burson‐Marsteller / PSB menée auprès des décideurs économiques européens

Paris, le 29 novembre 2013 – Burson-Marsteller, agence leader en relations publics et communication corporate, publie aujourd’hui les résultats de son étude démontrant que la menace d’une crise figure parmi les préoccupations majeures des décideurs. Si 3/4 des dirigeants d’entreprises considèrent qu’un plan de gestion de crise serait utile à leur entreprise, seulement 51% en ont un. Parmi les entreprises qui disposent d’un tel plan, seules 1/3 considèrent qu’il serait satisfaisant en cas de crise ouverte. Cette étude menée par Penn Shoen Berland (PSB) a été présentée lors du Burson-Marsteller Crisis Club, qui rassemblait aujourd’hui à Milan des professionnels de la communication.

Les freins au développement d’un plan de gestion de crise cités par les dirigeants d’entreprises sont les suivants : 33% considèrent qu’il ne s’agit pas d’une priorité ; 31% pensent qu’il est peu probable qu’ils en aient vraiment besoin ; 25% que c’est cher et 18% que cela prendrait trop de temps à prévoir ; 24% estiment que leur activité ne nécessite pas un tel plan.

Pour accéder à l’analyse complète des résultats de l’étude, cliquez ici.
Pour découvrir les résultats des études 2009 et 2011, cliquez ici.